Plounéour-Menez

Publié le par Jean l'escargot

De Vorganium à Tolente

   Située au dessous de la crête des monts d'Arrée, sur le versant du Léon, Plounéour-Menez, la " paroisse-d'Enéour-dans-la-Montagne ", est placée sous le patronage de saint Enéour, qui vint de Grande-Bretagne, à l'époque de l'émigration, sur une barque de pierre; Le mât de cet étrange navire nous a été conservé : c'est le lec'h qui se dresse près de l'église d'une commune cornouaillaise, Plonéour-Lanvern, également dédiée à cet ermite.
   La voie romaine de Vorganium, ( Carhaix ) à Tolente, ville qui se trouvait au voisinnage de Plougerneau et qui a disparu, passait par le bourg actuel, en provenance du Huelgoat, puis empruntait à peu près le trajet de l'actuelle D 111 en direction de Loc-Eguiner; A mi-chemin de cette agglomération, une croix marque le carrefour de cette chaussée et de celle qui menait d'Aquilonia ( Quimper ) à Castra Legionum ( Saint-Pol-de-Léon ), dont la route vicinale de Commana à Pleyber-Christ suit encore le tracé. Sur la gauche de celle-ci, peu après le croisement en direction de Pleyber-Christ, on a retrouvé les fondations d'une villa romaine, dotée d'un remarquable système d'adduction d'eau.

La place de l'église

Un bar d'enfer, chez Martine pour les intimes





 

Enclos Paroissial

   L'église, dédiée à saint Yves mais placée sous le patronnage de saint Enéour, est du XVIIe siècle. Sa tour et sa flèche, construites sur le modèle du clocher du bourg voisin de Commana, pointent fièrement au coeur d'une région vallonnée. La porte triomphale, de sobre architecture à volutes et lanternons, a été construite dans l'esprit de Saint-Thégonnec. Elle donne accès au placître, sur lequel demeurent un ossuaire, à l'état de souvenir, et deux calvaires, témoins des XVIe et XVIIe siècles. Le porche sud porte une chambre d'archives. Le portail héberge une vénérable statue en bois de la Sainte Trinité. Le mobilier de l'église comprend deux splendides retables : à gauche, le retable du Purgatoire ou du Saint-Nom de Jésus, hérité des dominicains de Morlaix; à droite, le retable du Rosaire, avec panneau polychrome en haut relief. A signaler encore, une chaire en bois sculpté du XVIIe siècle, ornée de bas-reliefs de l'eucharistie, et, de la même époque, des fonts baptismaux à baldaquin, avec les statuettes des évangélistes.

 

 
 




Chapelle Saint Divy


Fontaine dans un bois en contrebas de la chapelle

Publié dans trankilik

Commenter cet article